CAMEXAMEN | Actualités Concours officiels 2016, Résultats BTS, HND, DSEP, Bac, BEPC, BP, BEP, GCE Results -

Blog du Consultant

puce
# Un nouveau site est disponible. L'ancien reste valable pour des archives # Decision portant sanctions des fraudeurs aux examens officels session 2015 # BAREME DES SALAIRES DU PERSONNEL DES FORCES DE DEFENSE # BAREME DES SALAIRES DU PERSONNEL DES POLICIERS AU 01 JUILLET 2014 # Contractualisation de 885 Instituteurs Vacataires de l'Enseignement Technique. Liste provisoire des candidats
puce
 
puceCALENDRIER
 
 
puceRESSOURCES
puceAgenda

puce

 

Informations Pratiques
Spécial Fonds PPTE: Province du Centre, Ecoles du village

Jumelage obligatoire

La situation est déplorable dans les écoles publiques du village. Celles qui ont plus de trois enseignants se comptent au bout des doigts. C’est rare de voir un établissement à cycle complet, qui compte six classes autonomes, de la SIL au CM2. La plupart des classes sont pour ainsi dire jumelées. Le schéma de jumelage dans les établissements est le suivant : SIL et CP cohabitent, CE1 et CE2 vont ensemble et CM1 et CM2 réunis dans une même salle, ceux-ci sont tenus par le Directeur d’école.
Hormis le problème de bâtiment, c’est généralement par manque d’enseignants que les responsables d’établissements sont obligés d’imposer la cohabitation aux élèves de différentes classes. C’est à croire que ces enseignants du village ont reçu une formation particulière pour gérer cette réalité que leur impose le terrain. Mais, tel n’est pas le cas. C’est, butés qu’ils sont devant le fait accompli, qu’ils essayent d’user de leur propre sagesse pour se débrouiller. D’où la pratique systématique du jumelage des salles de classe. Il arrive qu’ayant même bénéficié de nouveaux bâtiments PPTE, certaines écoles se retrouvent sans instituteurs pour les valoriser.
Le cas de l’école publique d’Endama chefferie dans l’arrondissement d’Elig-Mfomo (Département de la Lekié) est typique. Dans cette école à cycle complet qui a bénéficié de la construction d’un bloc de deux salles de classe sur fonds PPTE, il n’y a que les trois enseignants : Le Directeur et deux institutrices payées par les parents d'élèves. Une institutrice s’occupe de la maternelle. L\’autre tient les élèves de la SIL et du CP réunis dans une même salle. Le Directeur quant à lui prend en charge dans une salle, les CM1 et CM2. Pour ne pas laisser leur nouveau bâtiment vide, ils ont aménagé les SIL et CP dans la première salle et les CM1 et CM2 dans la deuxième. Quant aux CE1 et CE2, ils sont restés dans les anciens bâtiments en attente d’un éventuel maître. Entre temps, le Directeur leur donne des devoirs pour les occuper. Ils espèrent qu’avant la fin de l’année, ils pourront voir arriver un IVAC (instituteur vacataire) comme en ont bénéficié d’autres établissements. D’après les prévisions des recrutements d’IVAC PPTE pour l’année 2001, l’école publique d’ENDAMA chefferie est censée bénéficier de l’affectation d’un instituteur. Ils l'attendent toujours. Depuis l’année que l’un de leurs instituteurs qui secondait le Directeur a été promu Directeur d’une autre école, il n’a toujours pas de remplaçant.

Classes jumelées.
Non loin de cette école, l’école publique d’Endama 2 qui selon la planification, a droit à un instituteur recruté sur fonds PPTE, attendait encore à la mi-octobre dernier son IVAC. Entre temps, les parents ont pris à leurs frais d’une institutrice sortie de l’ENIEG d’Ebolowa en juin. Cette dernière affirme avoir déposé ses dossiers de recrutement dans le Sud et à Monatelé dans le Centre. Mais n’ayant été retenue nulle part, elle a préféré rentrer au village exercer bénévolement le seul métier pour lequel elle a suivi une formation agréee: enseigner les enfants.
Le manque d'enseignements n'est pas plus vécu à limite comme un grand problème dans les villages, tellement on y est habitué depuis des années. C’est la vraie résignation. L’école publique des Beyengue (village situé à 11km d’Oveng) dans la Mefou Akono ne le démentira pas. Ayant bénéficié de deux salles de classes PPTE depuis le début de cette année scolaire, le chef d’établissement n’en a pas profité pour séparer les classes jumelées. En effet, ils ne sont que trois enseignants, lui compris pour tenir six classes. Le nouveau bâtiment lui a juste permis de mettre les tout petits à l’abri des chiques qui ne les laissent pas non plus respirer dans les salles en terre battue. C’est ainsi que les deux nouvelles salles abriteront désormais les SIL – Cp et CE1 et CE2. Ce qui est fait actuellement dans les villages sur financement PPTE est certes louable. Mais en réalité, il faut plus que cela pour limiter les dégâts de la pauvreté qui sont particulièrement visibles sur les écoles du village.
En entendant bravo à ses instituteurs qui, malgré les conditions de travail particulièrement difficiles, font preuve d’un sens de devoir et de patriotisme sans égal pour nos enfants.

MPV
La Voix du Paysan Novembre 2003

 
INFORMATIONS
 
 
puceSERVICES
 

 
puce
..:: CAMEXAMEN Copyright© 2005-2016 ::..